Une place à prendre, de J. K. ROWLING


Une place à prendreFini Harry Potter, les sorciers et les baguettes magiques : Une place à prendre est le premier roman que J.K. Rowling ait écrit à la suite de sa célèbre série. Et ma première impression en terminant ce roman est qu’elle a vraiment cherché à radicalement s’éloigner de l’univers et du style d’Harry Potter… ce que je trouve plutôt courageux pour un auteur aussi célèbre.

Une place à prendre se déroule dans une petite ville d’Angleterre, Pagford, où la mort d’un conseiller municipal, Barry Fairbrother, fervent défenseur des quartiers les plus défavorisés, entraîne à la suite une série de révélations et de confrontations entre les habitants de la ville.

Ce roman est porté par un chœur de personnages puisque le point de vue narratif change très fréquemment, parfois même plusieurs fois dans une même page. Cette galerie de personnages se révèle presque l’incarnation des problèmes et des mesquineries humaines : le conseiller municipal orgueilleux et sa femme commère, la femme battue et son mari, le petit copain veule et son amie, une assistante sociale aveuglée par ses sentiments, le fils unique rebelle, etc. et ce parfois jusqu’à la caricature.

Au cœur de ce roman est la lutte qui oppose deux factions quant à l’avenir des Champs, un quartier déshérité de la ville. A travers les débats entre les habitants de Pagford se révèle une vraie dimension sociale dans l’œuvre de Rowling, qui est ce que j’ai préféré. Le personnage de Krystal Weedon, une adolescente sans repères, violente, maltraitée, mais tentant de faire de son mieux pour le bien de sa famille, en est éminemment symbolique.

Comédie noire comme le présente la quatrième de couverture ? Noire sûrement, mais je n’ai pas trouvé qu’il s’agissait d’un roman où l’on riait beaucoup (scènes de maltraitance, de viol, d’auto-mutilation, etc.) : il semble y avoir peu d’espoir ou d’échappatoire à Pagford, ce que j’ai trouvé assez pesant, en particulier dans les derniers chapitres, particulièrement dramatiques.

L’intrigue est efficace, intéressante à suivre, et elle place dans une optique résolument moderne les clichés sur le countryside anglais : commérages, rivalités familiales et de voisinage, hypocrisie. Au final, j’ai trouvé que les personnages les plus réussis étaient les adolescents : Rowling est particulièrement douée pour décrire leurs conflits intérieurs, la complexité de leurs sentiments, leurs faiblesses aussi bien que leurs réussites.

>>

Une œuvre résolument tragique, un drame social, qui marque l’entrée réussie de J. K. Rowling dans la littérature pour adultes, mais dont les nombreux personnages mesquins et caricaturaux et l’accumulation de tragédies ne m’ont pas totalement convaincue.


Les petits [+] : la dimension sociale de l’œuvre, l’écriture, les personnages adolescents

Les petits [-] : l’aspect trop caricatural de nombreux personnages, le manque d’humour


Autour du roman :

Une place à prendre (A casual vacancy) est un roman écrit par la romancière anglaise J. K. Rowling et publié en anglais et en français en 2012.

Une adaptation sous la forme d’une mini-série, par la BBC, est actuellement en cours.


L’intrigue :

Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque… et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable. Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancœurs, de haines et de mensonges, jusqu’alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l’occasion d’une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie.

 

Bookmarquez le permalien.

2 Comments

  1. j’ai lu ce roman car je suis fan d’Harry Potter!
    et je doit dire que pour moi ce roman est un bon roman contenant toute la marque « d’un bon roman »!
    sauf que je l’ai trouver un peu long parfois…
    je suis d’accord avec la fin de ton article.

  2. J’avoue qu’à la première lecture je n’ai pas aimé; trop glauque à mon goût, et puis sans doute que je regrettais mon cher Harry.
    Un an après, j’ai relu le livre et je n’ai pas eu la même sensation, j’ai beaucoup plus aimé l’histoire et les personnages 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *