The Grand Budapest Hotel, au ciné !


anderson3Avec ce Grand Budapest Hotel, c’est la première fois que je voyais un film du réalisateur américain Wes Andersondont j’entendais parler depuis de longues années et qu’il me tardait de pouvoir enfin découvrir ! Et je n’ai pas été le moins du monde déçue, d’autant plus que j’ai assisté à la projection dans l’une des plus grandes salles de l’UGC des Halles à Paris (et à 11€ la place, heureusement que j’ai apprécié le film !)

« Le film retrace les aventures de Gustave H, l’homme aux clés d’or d’un célèbre hôtel européen de l’entre-deux-guerres et du garçon d’étage Zéro Moustafa, son allié le plus fidèle. La recherche d’un tableau volé, œuvre inestimable datant de la Renaissance et un conflit autour d’un important héritage familial forment la trame de cette histoire au cœur de la vieille Europe en pleine mutation. » (source : allociné)

Que ce soit son esthétique et ses décors léchés et colorés, la galerie de ses personnages complètement loufoques et que je ne suis pas prête d’oublier (mention particulière au Gustave H. de Ralph Fiennes) ou les dialogues particulièrement bien écrits (encore un film à vraiment privilégier en v.o.), c’est un sans faute !

Quant à l’intrigue, elle manderson1‘a agréablement surprise (je n’avais pas regardé la bande-annonce pour éviter tout spoiler…). Je pensais qu’elle demeurerait confinée dans ce Grand Budapest Hotel, alors qu’elle nous emmène à travers cette Europe centrale réinventée par Wes Anderson. En plus, l’intrigue, à la tonalité policière, a le mérite d’éviter tout passage à vide : à la différence de certains films également construits sous forme de chapitres (je pense par exemple à Inglourious Basterds de Tarantino), les différentes parties sont d’une qualité et d’un intérêt égaux et le rythme du film très bien maîtrisé.

Cette comédie dramatique burlesque explore avec humour l’atmosphère douce-amère de l’Europe centrale dans les années 30 (le réalisateur s’est inspiré de l’œuvre de l’écrivain autrichien Stephan Zweig tout en y mêlant les caractéristiques de son cinéma). Cela donne une œuvre drôle et émouvante, en un mot, inoubliable !

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *