Saya, de Richard COLLASSE


sayaTrois personnages aux destins intimement liés se croisent dans ce roman : Jinwaki, en perdition après son licenciement, sa femme Kaori, désœuvrée et névrotique, et sa maîtresse Saya, une adolescente de dix-sept ans.

Cet ouvrage explore les contraintes que fait peser la société japonaise sur ces trois personnages. Tandis qu’ils tentent de sauver les apparences, leur vie et leurs certitudes se délitent peu à peu. Que ce soit en entretenant une relation sexuelle avec un homme plus âgé, en cachant son licenciement à sa famille ou en trouvant un plaisir malsain à subrepticement torturer sa belle-mère, on voit les héros s’abandonner avec plaisir et culpabilité aux pulsions qui les animent. Il s’ensuit un ouvrage au langage cru et sans fard, notamment dans la description des expériences sexuelles de l’adolescente.

L’atmosphère de ce roman, à la fois malsaine et sensible, est ce qui m’a semblé le plus intéressant. Elle reflète avec justesse, à travers le destin tragique des personnages, les contradictions de la société japonaise contemporaine.

Le fait d’avoir construit le récit sous la forme de trois journaux intimes permet une plongée sensible, et dénuée de jugement, dans la vie de chacun des héros. Cependant, je n’ai vraiment pas aimé la manière dont le roman se termine, avec le récit alambiqué (et inutile !) de la manière dont le patron de Jinwaki retrouve ces journaux intimes.

En outre, les caractéristiques des différents personnages sont peu nombreuses et cela finit par devenir répétitif (par exemple, le fait que les différents personnages aient vécu en France est mentionné encore et encore tout au long de l’intrigue…). De plus, j’ai regretté que le personnage de Saya, et sa relation amoureuse avec Jinwaki, semblent très irréalistes.

>>>

En conclusion, Saya est un roman court et bien écrit, qui se lit donc très vite. J’ai trouvé qu’il y avait de la poésie qui se dégageait de cette peinture crue et sensible de la société japonaise, en dépit du caractère insuffisamment développé des personnages et de l’intrigue.


Les petits [+] : l’atmosphère poétique et crue, la description sensible de la société japonaise.

Les petits [-] : l’intrigue amoureuse peu réaliste, les caractéristiques répétitives des personnages, la manière dont est racontée le dénouement de l’histoire.


Autour de l’œuvre :

Saya est le troisième roman (publié en 2009) de Richard Collasse, un homme d’affaires français installé au Japon depuis trente ans. Cet ouvrage a été récompensé par le Prix Culture et Bibliothèques pour Tous en 2010.

  • La page de l’éditeur Seuil


L’intrigue :

« Japon, années 2000.

A 45 ans, Jinwaki est un cadre surdiplômé, qui poursuit une brillante carrière dans un grand magasin japonais. Mais une restructuration économique met brutalement fin à ce parcours sans accrocs : du jour au lendemain, Jinwaki se retrouve au chômage, privé d’avenir, dans une société extrêmement hierarchisée. Vécue comme une catastrophe, cette sortie de piste le pousse à s’accrocher à la première bouée qui passe à sa portée : Saya, une lycéenne rencontrée par hasard dans un bar de Tokyo. Inscrite dans une des plus prestigieuses écoles du pays, Saya se livre à la prostitution, ou « Enjo Kosai », avec des hommes bien plus âgés qu’elle. Entre Saya et Jinwaki, les rapports « subventionnés » vont bientôt céder la place à un véritable amour.

Il y a aussi Kaori, l’épouse de Jinwaki : ignorante des difficultés rencontrées par son mari, elle passe son temps entre sa belle-mère, qu’elle déteste, et son petit chien, auquel elle voue un amour immodéré et malsain. »

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *