Mississippi, de Hillary JORDAN


mississipi de hillary jordanLe Mississippi, la fin des années 40 et une atmosphère lourde de tensions et de rancœurs : voilà comment on pourrait décrire en quelques mots ce roman.

Il nous raconte les histoires croisées d’une femme au foyer blanche un peu naïve et de sa famille, contraints de s’installer dans une vieille ferme de la région, et de la famille voisine, des métayers noirs, en proie aux difficultés raciales et économiques.

Ce livre repose sur la confrontation des pensées et des sentiments, puisque chaque chapitre nous plonge dans la tête de l’un des personnages. On comprend leurs peurs et leurs tourments, leurs désirs secrets, la difficulté de vivre dans un société cloisonnée, misogyne et raciste.

Hillary Jordan a surtout essayé de retranscrire une atmosphère, une époque. De ce fait, le langage et les pensées de chaque personnage reflètent son origine ethnique et sociale : l’intention est bonne, mais c’est un peu fatiguant de lire des mots à moitié complets et des tournures de phrases familières.

Les personnages sont souvent trop caricaturaux (le grand-père ramudboundciste et acariâtre, le jeune noir prometteur, etc.) tandis que le récit prend parfois le chemin des poncifs du genre (notamment dans la description de la seconde guerre mondiale). Quant à l’héroïne, Laura, son caractère soumis et sa liaison (sensée être sulfureuse) avec son beau-frère, ne m’ont paru ni attachants ni crédibles.

Néanmoins, on passe de page en page sans s’en apercevoir. La tension qui habite les personnages et l’intrigue, présente dès le début, nous invite à découvrir sans tarder les soubresauts de l’intrigue. J’ai seulement trouvé dommage qu’on nous révèle en partie le dénouement de l’intrigue dès le début et que la fin, bancale, tente trop maladroitement de résoudre le destin de chacun des personnages.

>>>

Une atmosphère réussie, une époque riche, mais une écriture qui ne m’a qu’à moitié convaincue et des personnages trop caricaturaux. Mais je pense que c’est un roman qui pourrait être adapté de manière réussie au cinéma 😉


Les petits [+] : l’atmosphère lourde et étouffante du Mississippi dans les années 40, la thématique du roman, le rythme

Les petits [-] : les personnages trop caricaturaux, une intrigue parfois bancale et pas assez crédible.


Autour du roman :

Mississipi (Mudbound) est le premier roman de l’écrivaine américaine Hillary Jordan. Il a été publié en 2008 et a été couronné par plusieurs prix littéraires.


L’intrigue :

« Lorsqu’elle découvre la ferme que son mari Henry vient d’acquérir, Laura McAllan comprend qu’elle n’y sera jamais heureuse. Pourtant, en épouse et mère dévouée, elle s’efforce d’élever leurs deux fillettes, sous l’oeil haineux de son beau-père, membre du Ku Klux Klan.

Alors que les McAllan luttent pour tirer profit d’une terre peu fertile, deux soldats rentrent du front :
Jamie, le jeune frère d’Henry, aussi séduisant et sensible que son aîné est taciturne et renfermé. Et soudain, Laura se sent renaître…

Ronsel Jackson, le fils des métayers, un descendant d’esclaves qui, pendant quatre ans, s’est permis de croire qu’il était un homme. Mais le Sud va se charger de lui rappeler qu’il n’est qu’un nègre… »

Bookmarquez le permalien.

One Comment

  1. Ce roman possède certes des qualités mais il m’a ennuyé dans l’ensemble, faute d’une intrigue vraiment consistante. Bref, cette lecture m’a un peu déçu. Dommage. Par contre, contrairement à toi, j’ai « adoré » le grand-père, gros plus de ce roman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *