L’Ultime Rivage, de Ursula K. LE GUIN


ultime_rivageDans ce troisième tome du cycle de Terremer, nous retrouvons le personnage de Ged, quinze ans après Les Tombeaux d’Atuan. Celui-ci est devenu archimage et sa puissance et sa sagesse sont reconnus par tous. Cependant, le narrateur est cette fois-ci Arren, un prince étranger devenu un peu par hasard le compagnon de Ged dans sa quête contre la menace effroyable qui pèse sur la magie de Terremer et sur ses habitants.

Une fois encore, nous retrouvons avec plaisir l’univers de Terremer, avec sa poésie et sa sensibilité. Chaque tome permet d’en découvrir davantage sur ce monde, les peuples qui le composent, leurs coutumes et leurs particularités. C’est le cas notamment, dans cet ouvrage-ci, du « peuple des radeaux ».

Toutefois, les aventures qui se déroulent dans L’Ultime Rivage finissent par devenir lassantes, du fait de la succession presque ininterrompue de voyages en Mer, tandis que l’intrigue progresse peu. De plus, la relation entre les deux héros est trop peu développée et ne permet pas de s’attacher au personnage d’Arren de la même façon qu’on pouvait s’attacher à Ged ou à Tenar dans les tomes précédents.

Cet ouvrage constitue une conclusion un peu décevante de la première partie du cycle de Terremer, mais permet néanmoins de poursuivre l’exploration de ce monde original et sensible.


Autour du roman :

Le roman L’Ultime Rivage (The Farthest Shore) est le troisième tome du cycle de Terremer, et il fait suite aux romans Le Sorcier de Terremer et Les Tombeaux d’Atuan. Il a été publié en 1972 en langue anglaise et en 1977 en langue française. La saga de Terremer a été écrite par la romancière américaine Ursula K. Le Guin et compte plusieurs romans et nouvelles.


L’intrigue :

« Un jeune garçon nommé Arren apporte une inquiétante nouvelle : dans son pays, les sorciers ont oublié leur langage et perdu leur pouvoir. Le vieux Ged, l’archimage, doit remettre à l’endroit ce qui est à l’envers. Tous deux font voile vers des îles dévastées. Chez les Enfants de la Mer Ouverte, qui vivent sur des radeaux, Ged et Arren assistent au long bal, où les chanteurs oublient les paroles et se taisent. Ailleurs, même les dragons, privés du langage, se sont entretués. Est-ce la fin du monde ? Les signes se précisent : au loin, le haut seigneur des ténèbres étend son empire sur Terremer. Pour l’affronter, il faut aller au pays des morts, franchir le mur de pierre, suivre la route amère, atteindre la source sèche. Là se déroulera un étrange combat, où la seule victoire possible est la guérison de l’adversaire. Arren peut-il, à ce prix, régner sur les îles régénérées ? »

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *