Les Filles de l’ouragan, de Joyce MAYNARD


filles_ouraganCe roman de l’américaine Joyce Maynard débute dans les années 50, au milieu des plaines du New Hampshire, alors que deux bébés, Ruth et Dana, sont conçus lors de la même nuit d’orage. On suit tour à tour, chapitre après chapitre, année après année, leurs vies qui se déroulent dans cette Amérique en transition.

Chacune à leur façon, elles s’éloignent – avec plus ou moins de difficultés – des modèles familiaux qui ont été les leurs. Ruth délaisse la vie austère et puritaine de la ferme dans laquelle elle a grandie pour expérimenter les joies de l’art et les douleurs d’un amour passionnel. Quant à Dana, cartésienne élevée dans un famille bohème, elle se découvre une passion pour les progrès de l’agriculture moderne et construit son bonheur avec une autre femme. Les Filles de l’ouragan est un livre qui se lit rapidement – deux jours seulement pour ma part ! – grâce à des chapitres très courts, rythmés et à une écriture agréable. Je regrette néanmoins que la narration, fournie en descriptions, soit un peu plate et donne l’impression que les héroïnes se « contentent » de narrer leur vie, au lieu de nous la faire (re)vivre à travers des moments particuliers.

Il y a une sensibilité certaine qui se dégage de ce récit : cela tient non seulement à l’universalité des sujets évoqués (liens familiaux, liens du cœur), à la gravité de certains (inceste, avortement) mais aussi à la manière dont Joyce Maynard les aborde, avec sincérité et finesse. Ce récit nous plonge dans une page de l’Amérique (Woodstock, le Vietnam…) où l’on voit se dessiner les évolutions de la société moderne. Je reste néanmoins perplexe quant au choix d’avoir construit ce roman autour d’un lourd secret de famille, dont on devine rapidement le contenu. L’épilogue, qui en révèle les tenants et les aboutissants, est d’ailleurs peu crédible et je ne crois pas que l’histoire avait besoin de cela pour être intéressante. Il n’en demeure pas moins qu’on apprécie ce roman pour son atmosphère, cette retranscription en pointillés de cinquante années de vies de femmes, qui offre aussi une perspective sur une époque et ses évolutions.


Les Filles de l’ouragan est un roman publié en 2010 (2012 en français) de l’écrivaine américaine Joyce Maynard.


Elles sont nées le même jour, dans le même hôpital, dans des familles on ne peut plus différentes. Ruth est une artiste, une romantique, avec une vie imaginative riche et passionnée. Dana est une scientifique, une réaliste, qui ne croit que ce qu’elle voit, entend ou touche. Et pourtant ces deux femmes si dissemblables se battent de la même manière pour exister dans un monde auquel elles ne se sentent pas vraiment appartenir. Situé dans le New Hampshire rural et raconté alternativement par Ruth et Dana, Les Filles de l’ouragan suit les itinéraires personnels de deux « sœurs de naissance », des années 1950 à aujourd’hui. Avec la virtuosité qu’on lui connaît, Joyce Maynard raconte les voies étranges où s’entrecroisent les vies de ces deux femmes, de l’enfance et l’adolescence à l’âge adulte – les premières amours, la découverte du sexe, le mariage et la maternité, la mort des parents, le divorce, la perte d’un foyer et celle d’un être aimé – et jusqu’au moment inéluctable où un secret longtemps enfoui se révèle et bouleverse leur existence.

Pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. c’est un super livre. J’ai fait de belle lecture.Pour les passionnés de la lecture comme moi, je vous invite à visiter notre site,vous y trouverez des livres et écrits à lire gratuitement.

  2. Bonjour cher confrère,
    Comme vous, je me lance dans l’aventure de la critique littéraire à travers mon blog, Bazar Critique. Si vous le permettez, je vous partage le lien, bazarcritique.wordpress.com, en espérant que vous viendrez y faire un tour… Je me lance, je suis donc preneuse de toute critique pour avancer ! 🙂
    A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *