Les falsificateurs, d’Antoine BELLO


Et si l’Histoire – celle du siècle passé comme celle de la semaine dernière – pouvait être falsifiée à volonté ? Et si une organisation secrète, implantée à l’échelle mondiale, dotée de moyens phénoménaux et d’un mobile mystérieux, s’y attelait ? Voici le point de départ des Falsificateurs, d’Antoine Bello, et de son héros, Sliv Dartunghuver, jeune homme ordinaire, qui, un peu par hasard, se laisse recruter au sein du CFR (le Consortium de Falsification du Réel). L’idée centrale de ce roman – falsifier la réalité et en modifier le cours – est un écho puissant à l’actualité, où la manipulation de l’information est au cœur de toutes les discussions. Si l’auteur a frappé juste en développant ce thème, j’ai néanmoins été déçue par le caractère souvent peu crédible de l’intrigue. Les falsifications semblent en effet d’une simplicité douteuse et j’ai trouvé le fonctionnement du CFR parfois peu réaliste. On tourne néanmoins les pages sans pouvoir s’arrêter, grâce à une écriture efficace et à une intrigue dont on a envie de connaître les tenants et les aboutissants. On peut regretter quelques longueurs – où le narrateur se complait à exposer théories économiques et politiques – qui ne freinent cependant pas trop la lecture. A lire pour se détendre, en attendant de découvrir la suite…


Les Falsificateurs est un roman de l’auteur français Antoine Bello, publié en 2007.

Il se prolonge dans deux suites : Les Éclaireurs (2009) et Les Producteurs (2015).


C’est l’histoire d’une organisation secrète internationale, le CFR (Consortium de Falsification du Réel), qui falsifie la réalité mais dont personne ne connaît les motivations.
C’est l’histoire de quelques-unes des plus grandes supercheries de notre époque : de Laïka, la première chienne dans l’espace, qui n’a jamais existé ; de Christophe Colomb qui n’a pas découvert l’Amérique, des fausses archives de la Stasi.
C’est l’histoire d’un jeune homme, embauché par le CFR, qui veut comprendre pourquoi et pour qui il travaille.
C’est l’histoire d’une bande d’amis qui veulent réussir leur vie, sans trop savoir ce que cela veut dire.
C’est, d’une certaine façon, l’histoire de notre siècle. 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *