Les Cavaliers de la Paix, d’Aymeric de DAMPIERRE


paixC’est la France du XVIIème siècle qui sert de cadre historique à ce roman et l’on y côtoie donc les grandes figures de l’époque (comme Anne d’Autriche ou Richelieu). Malgré ce contexte a-priori peu original pour une fiction historique, cet ouvrage s’est au final révélé être une agréable surprise.

D’une part, il est évident que l’auteur a longuement travaillé son sujet. Il n’hésite pas à approfondir les détails géopolitiques et les descriptions ce qui permet au lecteur d’avoir une perspective relativement (et inhabituellement) complète de la guerre de 30 ans. Il en résulte un roman très riche, même s’il souffre de quelques défauts de rythme.

D’autre part, l’auteur a eu la bonne idée de ne pas céder au « franco-centrisme » habituel dans ce type d’ouvrage, ce que j’ai particulièrement apprécié. En effet, les héros proviennent de quatre pays différents ce qui procure à cette œuvre un souffle et une dimension inhabituels. Cela n’empêche pas un bémol dans l’intrigue : le recours peu original à une mystérieuse société secrète, la Compagnie du Saint-Sacrement, pour incarner les adversaires de ces quatre cavaliers parcourant l’Europe.

Les destins des personnages s’entrecroisent, ce qui évite toute lassitude bien que j’ai parfois regretté que certaines rencontres apparaissent un peu trop fortuites pour être crédibles. De plus, j’ai trouvé le caractère des différents protagonistes trop artificiel, il leur manque une certaine aspérité, notamment dans leurs relations et les sentiments qui les animent. Néanmoins, j’ai passé un agréable moment en lisant ce roman.


Les petits [+] : le cadre historique fouillé, la dimension européenne de l’intrigue

Les petits [-] : le caractère trop artificiel des personnages, quelques épisodes de l’intrigue peu crédibles


Autour du roman :

Les Cavaliers de la Paix est le second roman publié par l’auteur français Aymeric de Dampierre. Il a été publié en 1998 par les éditions Albin Michel.


L’intrigue :

« Comme les Trois Mousquetaires, ils sont quatre, amis jusqu’à la mort. Venus d’Amsterdam, Berlin, Paris et Séville, ces « cavaliers de la paix » traversent la vie au grand galop dans une Europe où s’achève la guerre de Trente Ans et se dessinent déjà les frontières des nations d’aujourd’hui.
Une Europe où s’affrontent des personnalités aussi étonnantes que le cardinal de Richelieu et l’inquiétant « père Joseph », le comte-duc de Olivarès, Premier ministre d’Espagne, l’aventurier Wallenstein ou la belle et intrigante duchesse de Chevreuse, prête à tout pour réaliser le vieux rêve de Charles-Quint : celui d’une Europe catholique et romaine, où la France ne serait qu’un royaume parmi d’autres. »

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *