Le Jeûne et le Festin, d’Anita DESAI


jeune_festinCe roman d’Anita Desai décrit le destin de plusieurs jeunes gens issus d’une même famille de la bourgeoisie indienne.

D’un côté, le lecteur découvre Uma, une jeune fille peu gâtée intellectuellement et physiquement, condamnée à taire ses aspirations et à être au service de sa famille. A travers elle, on apprend également les destinées de sa sœur et de sa cousine, dans une Inde remplie de contraintes et de dureté.

De l’autre côté (et en particulier dans le dernier quart du roman), c’est Arun, son frère, que nous découvrons en plein désenchantement alors qu’il est censé vivre l’American dream. Il dresse le portrait sans concessions d’une famille américaine empêtrée dans un abrutissement qui confine à l’absurdité.

Quelque soit le pays dont il est question, l’Inde ou l’Amérique, Anita Desai retranscrit, avec une écriture forte et originale, l’atmosphère moite et pesante de l’atmosphère, qui traduit le poids des mentalités, auquel les héros ne parviennent pas à échapper. Ce livre nous dévoile les facettes sombres de ces sociétés, qui chacune à leur manière, nient l’humanité des personnages.

Au final, au contraire de certaines analyses que j’ai pu lire, je ne pense pas que l’auteure choisisse un camp plutôt que l’autre (l’Inde ou l’Amérique). Le fait de décrire les deux sociétés, chacune avec ses défauts et ses contraintes, permet au contraire d’éviter toute approche simpliste.

J’ai particulièrement apprécié le message féministe de ce roman, qui interroge sur la condition de la femme en Inde, que ce soit au regard de la famille, du mariage ou du travail. En particulier, le destin de la cousine d’Uma, une jeune fille dotée de toutes les qualités possibles mais devenue un martyr à cause de sa belle-famille, résonne comme un cri d’alerte

Néanmoins, de manière générale, j’ai eu du mal à apprécier les personnages, qu’il s’agisse d’Uma, véritablement pathétique et dont la vie ne semble être qu’une longue suite de déceptions, ou d’Arun, qui demeure un caractère trop énigmatique. Quant aux autres personnages, que ce soit la sœur, les parents ou la famille d’accueil américaine, ils demeurent des ombres sans consistance autre que celle de leurs défauts.

>>>

En conclusion, j’ai ressenti une sorte de malaise en lisant cet ouvrage, du fait de ces personnages et de leur histoire à la fois cruelle et pathétique, ce qui m’a empêché de vraiment l’apprécier.


Autour du roman :

Le Jeûne et le Festin (Fasting, Feasting) est un roman de la romancière indienne Anita Desai, publiée en 1999 en langue anglaise et en 2002 en France aux éditions Gallimard.


L’histoire :

« À travers les destinées de deux soeurs indiennes et de leur jeune frère envoyé aux États-Unis, Anita Desai dresse le portrait de traditions familiales radicalement opposées. D’un côté, l’Inde et son modèle autoritaire. De l’autre, la culture américaine où l’apparence de liberté n’est pas exempte de contraintes. »

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *