Le Feu de Dieu, de Pierre BORDAGE


Feu_de_dieuJ’ai toujours aimé les romans « apocalyptiques » car en faisant tomber barrières et règles, ils mettent à nu notre société. Seule la survie devient importante, et face à cet impératif, les comportements les plus divers se révèlent, de l’égoïsme le plus extrême à une vraie solidarité. Et c’est de ce dilemme, de ce choix entre deux attitudes, dont traite Le Feu de Dieu.

Dans ce roman, le lecteur suit deux histoires en parallèle, dans une France plongée dans une apocalypse climatique. D’un côté, une mère et ses deux enfants, à l’abri grâce à la prescience du père, sont confrontés dans un huit-clos étouffant et malsain à un étrange compagnon. De l’autre côté, le père, accompagné d’une enfant trouvée, doit traverser la France, dans des conditions extrêmes, afin de les rejoindre.

L’auteur réussit à tenir le lecteur en haleine grâce à l’alternance entre ces deux histoires et il crée ainsi une véritable tension dramatique. Le contraste entre les deux parcours (une marche dans des paysages désolés vs un huit-clos étouffant) y est également pour beaucoup. J’ai particulièrement apprécié le début du roman qui nous plonge rapidement dans cette histoire palpitante.

Ce que j’ai le moins aimé est que l’intrigue soit parsemée d’éléments invraisemblables. En particulier, on a du mal à comprendre comment le père a pu prévoir une telle apocalypse et y croire au point d’y préparer sa famille depuis des années. En outre, tout au long de son parcours, il est confronté à une série de difficultés qu’il surmonte imanquablement, sans que cela soit crédible.

Bien sûr, il y a une dimension symbolique dans cette œuvre (comme l’atteste le titre à connotation religieuse du roman) qui explique en partie ce fait. Comme toujours avec Pierre Bordage, l’histoire est le moyen par lequel les personnages évoluent et grandissent humainement.

Néanmoins, j’ai trouvé que ce manque de crédibilité était dommageable pour l’intérêt du roman. En outre, les différents personnages, malgré leurs aspérités, ne m’ont pas particulièrement touchée.

>>>

J’ai néanmoins retrouvé dans Le Feu de Dieu ce que j’apprécie dans les romans de Pierre Bordage : une écriture très agréable, une intrigue prenante et une réflexion sous-jacente sur l’homme et ses actions. Avec, une fois n’est pas coutume en science fiction, une histoire qui se déroule en France !


Les petits [+] : l’écriture, l’intrigue prenante, la symbolique du roman

Les petits [-] : les personnages peu attachants, les nombreuses invraisemblances dans l’intrigue, la fin sans surprise


Autour de l’œuvre : 

Le Feu de Dieu est un roman publié en 2009 par l’auteur français Pierre Bordage.


L’histoire :

« Franx a prévu le cataclysme planétaire qui détruira une grande partie de l’humanité. À l’aide de trois autres familles, il a réalisé une arche dans un coin perdu du Périgord, un domaine appelé le Feu de Dieu prévu pour une autonomie totale de sept ou huit ans, afin de passer les années difficiles. Mais les familles se sont lassées, disputées, et ont abandonné le projet l’une après l’autre.
L’histoire commence quand Franx, à Paris pour quelques jours et apprend que ses amis les plus fidèles viennent à leur tour de quitter le Feu de Dieu, y laissant seuls sa femme et ses deux enfants. Seuls ? Pas tout à fait : Jim, un parasite, s’est incrusté dans la communauté et ne semble pas décidé à en partir.
Quand le cataclysme se déclenche sous ses yeux à Paris, Franx comprend tout et décide derentrer immédiatement chez lui. Il entame alors son périple dans un pays dévasté, une
obscurité perpétuelle et un froid de plus en plus intense. Au sortir de Paris, une femme
mourante lui confie sa petite fille muette qui semble autiste mais n’est peut-être pas
étrangère aux visions et aux perceptions étranges de Franx. À deux, ils vont entreprendre l’impossible voyage vers le Périgord, peinant à pieds dans des ténèbres perpétuelles.
Pendant ce temps, dans le Feu de Dieu, Alice et les enfants transforment l’arche en bunker autarcique dont Jim se croit bientôt le maître… »

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *