La Fille de l’Alchimiste, de Kai MEYER


alchimisteCe roman de fantasy est plutôt original et surprenant. D’abord, cela tient au fait qu’il se déroule à la fin du XIXème siècle, aux quatre coins de l’Europe. Pour une fois, il n’est pas question d’épopées guerrières entre le bien et le mal, comme c’est si souvent le cas dans les romans fantasy !

Dans cet ouvrage, il est question d’alchimistes, de la quête de l’immortalité, d’hermaphrodisme… On suit les traces d’une jeune fille, Aura Institoris, et de son frère adoptif, qui se retrouvent mêlés à la lutte millénaire de deux alchimistes.

Ce qui m’a le plus frappé est le côté perturbant de l’intrigue : assassinats, incestes, bains de sang, héros peu scrupuleux, etc. sont légion. Il en découle une atmosphère lugubre et sombre. Pourtant, cela ne m’a pas dérangé car le roman a le mérite d’être surprenant et de sortir (en partie) des sentiers battus [les bons sentiments sont quand même rapidement de retour…]

Ce que j’ai le moins apprécié sont les personnages peu attachants et dont on a du mal à comprendre l’évolution psychologique : pourquoi Christopher devient si cruel une fois installé au château puis est prêt à tout risquer pour Sylvette ? Comment Gillian peut passer en un instant du meurtrier sans pitié au parfait héros ? Comment expliquer l’affection de Sylvette pour son père et celle d’Aura pour le meurtrier de son père ? Ce manque de crédibilité se retrouve également dans l’intrigue, souvent assez abracadabrantesque.

Néanmoins, j’ai aimé la manière dont le roman est écrit et, tout au long de ma lecture, j’étais curieuse de découvrir de quelle façon l’intrigue allait évoluer. J’ai préféré la première partie à la seconde, car malgré les nombreux retournements de situation, j’ai trouvé qu’il y avait moins de surprise et de mystère au fur et à mesure que l’ouvrage avançait.

Au final, j’ai apprécié l’originalité du roman, mais certains de ses aspects « dérangeants », ainsi que des personnages et une intrigue manquant de crédibilité, ne feront pas l’unanimité.


Autour du roman :

La Fille de l’Alchimiste est un roman de l’auteur allemand Kai Meyer. Il a été publié en 1998 en Allemagne et en 2008 en langue française.


L’intrigue :

« Fin du XIXe siècle.
Aura Institoris a grandi dans le labyrinthe de couloirs obscurs du château de ses ancêtres, bâti sur un récif de la Baltique. Lorsque son père, l’alchimiste Nestor Nepomuk Institoris, est assassiné sur l’ordre de son plus vieux rival, la jeune fille se trouve entraînée malgré elle au cœur d’un conflit dont les racines remontent au Moyen Âge.
Aux côtés de son frère adoptif, elle décide d’affronter le meurtrier de son père. S’initiant à son tour aux terribles secrets de l’alchimie, elle va braver les intrigues et les dangers, et partir sur la piste du plus grand mystère de l’humanité: l’immortalité… »

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *