La Dernière Conquête du Major Pettigrew, d’Helen SIMONSON


La Dernière Conquête du Major PettigrewLa campagne anglaise, un major à la retraite, un club de golf et ses habitués… et une épicière d’origine pakistanaise : le décor de La dernière conquête du major Pettigrew est planté. Le héros se nomme Ernest Pettigrew, l’incarnation du gentleman anglais, veuf, et coulant sa paisible retraite dans le petit village d’Edgecombe St. Mary. Presque par hasard, son cœur commence à s’emballer pour Mme Ali, un intérêt doublement scandaleux pour leurs voisins, de par les origines sociales et culturelles de cette dernière !

J’aime cette atmosphère anglaise un peu surannée, merveilleusement décrite par Helen Simonson, et dont on retrouve ici tous les codes du genre (les parties de chasse, le rituel du thé, les médisances du village, etc.).

Pourtant, l’intérêt de ce livre est qu’il introduit dans ce paysage connu les bouleversements et les questions de notre société contemporaine. Ce sont surtout le fils du major, Roger, un jeune et ambitieux londonien, et Mme Ali, dont les origines pakistanaises la mettent au ban de la bonne société, qui incarnent cet aspect, mais toujours avec légèreté et humour.

Il y a beaucoup de finesse dans la manière dont l’auteure retranscrit les tensions entre ces deux mondes, une finesse qui se retrouve également dans la psychologie des personnages. Le Major, en particulier, n’est pas exempt de défauts et son attachement aux traditions est tout le long mis en tension avec son intérêt pour Mme Ali.

J’ai particulier apprécié le début du livre, rythmé par les réflexions caustiques du major sur son environnement (toute la partie relative à l’enterrement de son frère notamment). Malheureusement, la deuxième partie de l’ouvrage se révèle un peu décevante après un début aussi enlevé. En particulier, l’intrigue emprunte certains cheminements que j’ai trouvés trop rocambolesques par rapport au reste.

La Dernière Conquête du Major Pettigrew fait néanmoins partie de ces pépites de lecture, dont on savoure tous les aspects : l’écriture, les personnages, le décor, les dialogues.

>>>

Un univers anglais suranné, bouleversé par des tensions multiculturelles… et surtout les problèmes de cœur du Major 😉 ! A découvrir !


Les petits [+] : l’atmosphère anglaise, les descriptions piquantes et justes, les personnages

Les petits [-] : des rebondissements trop rocambolesques à la fin de l’intrigue


Autour du roman :

La Dernière Conquête du Major Pettigrew est le premier roman d’Helen Simonson, d’origine anglaise.


L’intrigue :

« À Edgecombe St. Mary, en plein coeur de la campagne anglaise, amour courtois et tasse de thé sont de rigueur ! Mais quand un flegmatique major s’amourache d’une modeste pakistanaise, les langues se délient et les collets montés frémissent… Confrontés aux préjugés des villageois, ou le racisme ordinaire sévit tout autant dans les soirées privées que sur les bancs de messe, les obstacles pour leur amour seront nombreux… »

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *