Imaginer d’autres mondes… Une conférence du Festival America de Vincennes

Affiche-festival-americaDimanche dernier, j’ai eu la chance de pouvoir me rendre pour la première fois au Festival America de Vincennes dédié aux littératures et cultures d’Amérique du Nord.

Les auteurs invités et les événements organisés étaient en fait plutôt éclectiques par rapport au thème, et j’ai décidé d’assister à la conférence organisée sur le thème « Imaginer d’autres Mondes »

Impossible en effet de ne pas m’y rendre après avoir vu le nom des écrivains y participant : Pierre Bordage (sans conteste l’un des mes auteurs préférés), Paolo Bacigalupi (le jeune prodige de la science fiction qui en a déjà raflé tous les prix prestigieux), Margaret Atwood et Thomas Day.

La conférence se déroulait en plein de cœur de la ville de Vincennes, dans l’un des amphithéâtres de la ville, quasiment plein. Assise au deuxième rang, j’ai pu pleinement en profiter. La seule chose que je regrette est qu’il n’y ait pas eu de temps réservé pour des questions venant du public…

Néanmoins, assister à leur débat fut un véritable régal ! (malheureusement trop court, car avec le retard pris au départ, la conférence n’a même pas durée une heure). Chacun à leur tour, ils ont partagé leur vision de la science fiction et de la littérature d’anticipation comme outils de dénonciation, de mise en garde, de filtre critique sur notre monde.

J’ai trouvé cela particulièrement intéressant que la science fiction soit ainsi mise en avant dans son rôle le plus critique, et on pourrait dire le plus « noble », loin de l’image qu’elle véhicule souvent. Ce qui m’a frappé est la manière dont chacun des auteurs présents avait à cœur d’alerter sur les « dangers » menaçant notre monde (réchauffement climatique, etc.) tout en écrivant de la fiction. Les interventions de Pierre Bordage étaient particulièrement signifiantes pour moi, notamment sa réflexion sur la nécessité de d’abord trouver  une  paix intérieure avant de pouvoir agir de manière positive sur le monde.

J’ai d’ailleurs profité de l’occasion pour lui demander une dédicace de son dernier roman (Le Jour où la guerre s’arrêta), un grand moment d’émotion pour moi (oui, quand je rencontre un auteur que j’admire autant, je ne suis plus que balbutiements et rougissements ;-)).

Ayant eu connaissance de ce Festival à la dernière minute, je n’ai pas pu assister à d’autres événements ou aux ateliers organisés (il y a notamment des ateliers d’écriture d’organisés !) mais je reviendrais certainement l’année prochaine, car la qualité du programme était vraiment impressionnante. C’est aussi une occasion unique de rencontrer des auteurs d’outre-atlantique.

Et pour ceux qui voudraient réécouter leurs échanges, le site du festival propose les enregistrements audio des conférences.

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *